Nous ne donnons que du savoir

2011
11.23

…Osh, Novembre 2011…

Le site du projet ATIK – Appropriate Technology Introduction for Kyrgyzstan[1] – affiche comme devise : « développer les gens pour développer leur pays ». Dès que Histoires Recyclables (HR) entame la discussion avec Tolkun dans les bureaux de l’ONG STLI[2] qui mène ce projet, celui-ci tient à préciser leur stratégie : « nous ne donnons que du savoir ». Voilà qui retient aussitôt l’intérêt de HR, une démarche misant pleinement sur l’humain, loin des logiques d’assistanat de nombreuses organisations dites « de développement ». Petit tour d’horizon.




Le projet ATIK est porté aujourd’hui sur les épaules de sept personnes qui ont toutes plusieurs rôles. De Aziz, « le Maître », expert dans la construction de pompes, voix de la sagesse de par son statut d’ainé et occasionnellement chauffeur, à Tolkun, le jeune père de famille qui navigue sans cesse du terrain au bureau, en passant par les volontaires Freek et Gideon, tous misent sur le partage des idées, les essais pratiques et les capacités locales. Les pompes qu’ils développent sont fabriquées avec des matériaux trouvables sur les bazaar locaux, certaines composées en partie de déchets récupérés tels que des bouchons plastiques de bouteilles de soda en guise de piston pour les pompes à corde. Les foyers améliorés, en faisant circuler l’air chaud à travers une conduite qui serpente dans un mur de briques, permettent une importante récupération d’énergie pour chauffer les maisons et limiter considérablement la consommation de combustible. Mais pour chacune de ces technologies, le projet ne fournit que les connaissances théoriques et c’est aux familles intéressées de payer elles-mêmes le matériel et d’effectuer le travail de construction.

Et cela marche. Régulièrement des personnes se présentent au bureau de STLI pour apprendre ces techniques simples et peu onéreuses et les demandes s’étendent jusqu’aux pays voisins de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et de la Chine. Investie ces jours-ci dans un programme de reconstruction auprès d’autres ONG pour faire face à la situation d’urgence engendrée par les pogroms de Juin 2010[3], l’équipe dispense à tous ses conseils, et ses formations permettent aux familles et aux communautés de prendre en charge elles-mêmes l’amélioration de leurs situations. Ce sont à la fois les savoirs et les responsabilisations individuelles et communautaires  qui sont consolidés, dans une logique directe et épurée de développement durable.

Et puis, en cherchant à minimiser les coûts de leurs innovations, ces chercheurs-formateurs en arrivent à des solutions d’une grande efficacité énergétique collant parfaitement avec les orientations écologiques actuelles de lutte contre le changement climatique. Voici une pompe « à enroulement » utilisant cent mètres de tuyau de polyéthylène fabriqué localement dans un petit atelier de recyclage de plastique et pouvant propulser l’eau à cinquante mètres de hauteur et jusqu’à cinq cent mètres de distance, simplement à partir d’une vitesse d’eau minimale de 1,5 m/s dans le canal où elle est installée. Sans énergie supplémentaire. Ou encore ces foyers améliorés qui réduisent de plusieurs fois les consommations de charbon et qui, avec une isolation simple des plafonds avec de la paille salée[4], réduisent les dépenses énergétiques de toute une communauté au fur et à mesure que le savoir se diffuse au sein de ses membres. Tolkun ajoute qu’il a déjà organisé une centaine de séminaires pour la construction de ces foyers dans les régions sud d’Osh et Batken, et chaque participant est devenu en deux jours un nouveau constructeur/formateur sur cette technologie.

Cette brillante « équipe des sept », « small but smart[5] » pousse toujours plus loin les réflexions, les améliorations et les expérimentations, partageant sans mesure les résultats de son travail. Un fort dynamisme horizontal qui s’appuie sur la volonté et la capacité d’apprendre de chacun, quand trop souvent la charité maltraite les dignités et les énergies individuelles. « Rien n’est impossible » dira encore Tolkun avec un grand sourire avant que HR ne se glisse sous le ciel gris et pluvieux de la ville en cette mi-novembre. Les esprits enchantés de cette nouvelle rencontre.

Un grand merci à Tolkun et Freek pour leurs explications et leur après-midi dans la ville.

Pour plus d’informations sur le projet : www.atik-stli.org (en anglais)





“We give only knowledge”

…Osh, November 2011…

The website of the project ATIK – Appropriate Technology Introduction for Kyrgyzstan – displays as motto “Developing the people to develop the country”. As soon as Recyclable Stories (RS) starts to discuss with Tolkun in the office of the NGO STLI[6], he gives a first comment about their strategy: “We give only knowledge to people”. It sounds very interesting, an approach that relies on human potential and not on short term aid from the so-called “development organizations”. Let’s have a short overlook.

The project ATIK is carried out by seven persons cumulating several positions. From Aziz, “the Master”, expert in pumps’ building and carefully listened at by the others for his elder statute, to Tolkun, the young father always moving from the field to the office and reverse, without forgetting the volunteers  Freek and Gideon, all bet on the ideas’ sharing, technical experimentations and local capacity.  The pumps are designed with local materials, some even from wastes like plastic caps from soda bottles used as rope pump pistons. The improved stove drives the heat through a main meandering inside the brick wall, allowing a significant recover of heat and a reduction of the quantity of combustible for an equivalent comfort. However, for each of the developed technology, the ATIK team provides interested households only with the theoretical and practical knowledge, while the families should provide the materials by themselves and do the work.

And it does work. People come regularly at the STLI office to request some training on those simple and low-cost technologies and demand can even come from the neighboring countries, such as Uzbekistan, Tajikistan and China. The team is those days committed into a big program of reconstruction for answering the emergency situation created by the events of June 2010[7], and they assist anyone with their seminars and advices so that the people themselves can be responsible of the improvement of their situation. This strategy strengthens both knowledge and sense of responsibility for individuals and communities, in a direct and purged logic towards sustainable development.

Also, by trying to minimize the costs of their technologies, those technicians-trainers provide energy efficient solutions, responding to the ecological priorities regarding climate change. Their “coil pump” is made of one hundred meters of PE pipe, from plastic recycling workshop and can push the water up to fifty meters and on five hundred meters of distance with no other energy than a minimal speed of 1,5m/s in the canal where it is installed. Their improved stoves reduce significantly the consumption of fuel wood or coal, and their ceilings insulation with salted straw[8] decreases the lost of heat. That serves the logic of energy efficiency within the all community through the progressive diffusion of the knowledge among its members. Tolkun adds that he conducted himself a hundred of seminars on stoves construction in the southern regions of Osh and Batken, through which each participant became in two days a new builder/trainer for this technology.

This “team of seven”, « small but smart » goes step-by-step to improve their ideas and technologies and share with all the results of its work. A great horizontal dynamism based on the motivation and learning ability of each one, when too often, charity may mistreat the individual dignities and energies. “Nothing is impossible” says again Tolkun with a big smile before RS would return under the grey sky of Osh in this mid-November period. The minds delighted by this new encounter.

A big thanks to Tolkun and Freek for their explanations and the afternoon spent in the city.

More information about the project on: www.atik-stli.org


[1] ATIK: Introduction de Technologies Appropriées au Kirghizstan

[2] Scientific Technology and Language Institute

[3] Le Kirghizstan, et particulièrement la ville d’Osh, a connu des violences fortes en Juin 2010 qui ont vu des groupes Kirghiz s’en prendre à leurs voisins Ouzbek, brutalisant les hommes, saccageant les commerces et incendiant les maisons. Les représentants de l’ONG ACTED, qui a aussitôt répondu à la situation d’urgence, estime que ce sont plus de 300,000 personnes qui ont alors fuit à travers le pays. Si le calme a été rétabli, de nombreuses familles se sont alors retrouvées sans toit.

[4] La paille trempée dans des bains sales puis séchée constitue un isolant efficace, ignifuge et non comestible par les insectes.

[5] “Petite mais intelligente”

[6] Scientific Technology and Language Institute

[7] Kyrgyzstan, and more specifically Osh city, went through big violence in June 2010, during which Kyrgyz and Uzbek communities hardly clashed, letting a high number of shops and houses burned down. The representatives of the NGO ACTED, who quickly answered with emergency aid, estimate that 300,000 people ran away throughout the country at that time. If the situation remains now calm, numerous families lost their shelter.

[8] The straw bathed into salted water constitutes a very good insulating material, that can’t burn or be eaten by insects.



Tags: , , , , , , ,

5 Responses to “Nous ne donnons que du savoir”

  1. bertile dit :

    j’aime le slogan « small but smart », ça me rappelle la fac et un jeu idiot…le don du savoir plus que le partage du savoir ? En tous les cas promouvoir les auto-entrepreneurs et la diffusion de ce qui leur a été transmis, c’est ben plus efficace, la dimension de l’appropriation, se substitue alors à celle de l’assistanat, la fierté c’est indispensable.
    BIzous
    TATIE.

  2. Manue dit :

    Yop les loulous,
    Trop bon et trop content de vous avoir entendu dans l’emission « Allo la Planete » sur le Mouv…Dommage que vous ayez ete coupe, nous avions juste l’impression que vous etiez la dans le salon avec nous, ou que nous vous avions rejoint au Tadjikistan…
    Continuez a nous faire rever, c’est beau ce que vous faites… Chapeau bas les gars…
    On pense fort a vous, Bonne route et prenez soin de vous…Sokdee les potes…
    Bises
    Manue, El NiNo & Antho

  3. layla dit :

    yo, trop chouette de vous entendre hier soir sur le mouv,
    dommage qu’il vous ai coupé la chique, je suis sûr que vous aviez encore plein de truc à dire, en tout cas nous on avait envie de vous entendre. Prenez soin de vous dans le grand froid.
    Grosses bises

  4. Salut. Est-ce que vous aimez Och? Qu’est-ce que vous faites la bas? Salut de Maksim…Nous regardons les films, que vous avez nous propose…J’aime le film Welcome et la musique de Mano Solo. Au revoir.

  5. karine dit :

     » La réussite, c’est un peu de savoir, un peu de savoir-faire et beaucoup de faire-savoir »
    bises

Votre Commentaire

Spam Protection by WP-SpamFree